Musée de la Tannerie

Une petite partie du musée est réservée à la tannerie. Une des fiertés plusieurs fois centenaires de la ville de Wiltz est sa tradition brassicole, une autre spécialité était la tannerie. A Wiltz, le travail du cuir remonte jusqu’au 16e siècle. En 1868, la ville comptait 28 tanneries dont deux survivaient jusque dans la deuxième moitié du 20e siècle, Ideal et Lambert. Entre les deux guerres mondiales, la fabrique de cuir Ideal livrait du cuir fin dans le monde entier et occupait jusqu’à 1200 personnes.

C’est devant le grand portail de la tannerie IDEAL, à l’aube du 31 août 1942, que les vaillants travailleurs ont déclenché la grève générale et fait déferler sur le pays une vague de protestation et de colère contre l’enrôlement de force des jeunes luxembourgeois dans la «Wehrmacht» allemande. La production continuait à aller bon train après la Seconde Guerre mondiale. Vers 1950, l’Ideal était la plus importante fabrique de cuir de luxe en Europe occidentale. Néanmoins, elle dut fermer ses portes en 1961. La tannerie Lambert occupait jusqu’à 300 personnes. Elle produisait avant tout du cuir à semelles et des courroies. Elle arrêta sa production en 1953.

En 1961, Wiltz cessa donc d’être la capitale du cuir. Une tradition, vieille de 400 années disparut. Des procédés plus modernes et meilleur marché, la concurrence internationale et l’invention du cuir artificiel se trouvaient à l’origine de la cloôture des deux dernières tanneries wiltzeoises et de la mise au chômage de bon nombre d’habitants de notre localité.

 

<< zurück